paroisse saint paul apotre chalon sur saone
Paroisse St Paul Apôtre
Chalon Sur Saône
paroisse saint paul apotre chalon sur saone
Paroisse St Paul Apôtre
Chalon Sur Saône
Adresse
Téléphone
SASSENAy
Mme GENEVIEVE BERNARD
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DESCRIPTION DE L’EGLISE DE SASSENAY
L’église St Sénoch est l’un des édifices les plus intéressants du val de Saône verduno-chalonnais. Quoique très remaniée dans sa nef au XVè s., elle conserve un clocher de style roman primitif, très rare dans le chalonnais d’entre Saône et Dheune qui ne présente guère que des édifices gothiques. Le clocher, en pierre, date du XI è Siècle.
L’église, construite en briques, ancienne chapelle du château, complètement restaurée en 1838,  a la forme d’un rectangle. Sa longueur intérieure, depuis le maître-autel, est de 24 mètres 45, sa largeur de 11 mètres 65.
Elle comprend une grande nef et 2 nefs collatérales, soutenues par 6 piliers.
4 chapelles dont 3 avec autel,  à savoir : celle de St Sénoch, celle de Marie Reine du Monde et les Fonds baptismaux.
A l’origine, l’église était dirigée vers l’Est. Un incendie ayant fragilisé le clocher, alors situé juste au-dessus  du chœur, un nouveau chœur fut construit de l’autre côté de la nef. Ainsi, l’église est orientée à l’Ouest, contrairement à la tradition qui veut que les églises soient dirigées vers le soleil levant, symbole de la Résurrection.
De cette époque (XVè s.) reste la poutre de Gloire : Jésus en croix, Marie et Jean.
Au chœur, la copie de « l’Assomption de la Sainte Vierge » d’Ingres, a été remplacée par un tableau de l’Ascension.
A la suite de la Mission de 1878, on a  placé diverses statues contre chaque pilier. A la suite de la reconnaissance du culte à St Sénoch en 1864, 10 vitraux en verre de couleur, dus à mr Bénard, de Chalon, représentent la vie de St Sénoch.
Au-dessus de la porte d’entrée : un tableau de St Jean-Baptiste, restauré par les Beaux Arts en 1975.
A l’extérieur : au-dessus de la porte d’entrée, une Piéta en pierre.
Au-dessus du portail : une dame à son prie-Dieu, Ste marguerite et le dragon.
Le clocher carré est accessible par un escalier dans le cimetière (début XXè, le cimetière faisait encore le tour de l’église).
VIE DE ST SENOCH
Saint Senoch est né vers l’an 536, à Tiffauges, localité du Poitou. St Grégoire de Tours a écrit le récit de la vie du saint abbé. Ce texte fut illustré dans les vitraux de l’église de Sassenay.
 
«  A l’âge de 25 ans environ, St Sénoch restaura un oratoire dans lequel avait prié saint Martin. »
« Ayant réuni 3 religieux dans son monastère, il suivait sans relâche la dure voie de la pénitence.. Il ne mangeait que du pain d’orge et ne buvait que de l’eau. A ses mains, à ses pieds et à son cou, il portait une chaîne de fer… »
« Aussitôt après notre prise de possession du siège de Tours (en 573), il vint nous visiter. »
« Un jeune enfant du Poitou, aveugle, vint lui demander sa guérison. Sénoch fit un signe de croix sur les yeux de l’enfant … Il fut immédiatement guéri.. »
« Deux enfants paralysés de tous leurs membres, dont les corps étaient ployés en forme de boule, sont amenés devant lui ; il leur impose les mains et dans l’espace d’une heure ils sont radicalement guéris. »
« Un jeune garçon et une jeune fille, dont les mains étaient paralysées, se présentent à lui vers le milieu du saint jour de Pâques… le saint prend les mains des 2 jeunes malades, les étend et redresse aussi leurs doigts. »
« Tout l’argent qu’il recevait, il l’employait à soulager les besoins des malheureux. On peut évaluer à plus de 200 le nombre des personnes qu’il racheta de l’esclavage ou dont il paya les dettes. »
« A l’âge d’environ 40 ans, St Sénoch fut pris d’une fièvre légère, qui pourtant le réduisit à la dernière extrémité. Il était près de mourir. Je partis en toute hâte pour me rendre auprès de lui. Une heure après mon arrivée, il rendit le dernier soupir ». 24 Octobre 576.
« les personnes qu’il avait rachetées de la servitude, ou dont il avait payé les dettes étaient toutes dans la plus grande désolation, et disaient : « Père saint, pourquoi nous abandonnez-vous ? »
« le trentième jour après sa mort, un perclus nommé Chaidulfe, s’approche ; il baise avec respect le voile mortuaire étendu sur le tombeau ; au même instant il peut faire usage de ses membres… Je ne cite que prodige, quoique je sache de source certaine qu’il y en a eu encore beaucoup d’autres. »
 
                                               D’après le texte de saint Grégoire de Tours
interieur sassenay
 
chemin de croix sassenay
 
eglise sassenay 2
 
chemin croix sassenay
interieur sassenay 2
chapelle reliques st senoch
chapelle reliques st senoch
20211101_174519
20211101_174519
20211129_113156
 
20211129_113156